Cristiano Ronaldo 2016: A new reality for Zidane

Cristiano Ronaldo 2016: A new reality for Zidane

Since Cristiano Ronaldo’s explosion onto the scene with Manchester United and his birth as an offensive pillar, the Portuguese is mainly identified for his ability to score a huge amount of goals.

The variety at his disposal when it comes to finishing, the quality of his movement and his determination to score have created the firm conclusion that he’s a born goal scorer who will, sooner or later, leave behind the left wing to become a central forward.

Every year the debate comes back, and if he has demonstrated during the last few seasons that he’s still able of making differences on big distances, then the last year of competition played under Zinedine Zidane’ orders let us think that he is now only capable of doing so regularly.

More than a matter of position, it’s a matter of distance that exists about Cristiano Ronaldo in 2016.

We have seen this season – notably against Borussia Dortmund in the Bernabeu and against Barcelona at the Camp Nou – in games where Zidane opted for a deep defensive line and counter attacks, that the Ballon d’Or 2016 winner isn’t a threat over big distances and that this kind of approach has lost weight. Cristiano himself knows it well and he has taken a series of decisions to maximize his performances.

Arriving as a winger with an important level of participation in the play, Cristiano has gradually diminished his involvement in the circulation of the ball, to the point where he appears regularly isolated. His presence in the passing combinations has decreased and his ability to offer the last pass has followed the same path. He’s now less present in the play and less decisive in associative terms, which is the first strong sign that the Portuguese has been distanced from creative tasks.

passes-vs-key-passes-large
La Liga season 2016-2017 represents the first 18 games of the league. The line is a reference: 1 key passe created every 20 successful passes (20%)

In addition to this, Cristiano has also decreased his volume of dribbles. He came as a player who was very inclined to try and unbalance the opposition with the ball at his feet – but he’s now using dribbles as a punctual tool. His efficiency fits what he’s been showing since joining Madrid (between 40 & 55%), but his physical evolution and notably the loss of agility have culminated in him leaving such tasks to others.

dribbles-tentes-par-saisons-large
La Liga 2016-2017 represents the first 18 games of the league.

If he has clearly distanced himself from creative tasks, it is also because Ronaldo has instinctively got closer to the goal. There is strong evidence of this when we look at the distribution of his attempted shots per zone. There was a time where Ronaldo tried more shots from outside the box than from inside – to a point where it annoyed a lot of fans. But no more. Since the first season under Carlo Ancelotti, the European Championship winner has inverted the trend and expresses himself mainly inside the last 18 meters. We can also see a progress in terms of volume inside the last 6 meters, which is a sign that Cristiano is now more focused on one thing –  finishing.

tirs-en-fonction-de-la-zone-large
The season 2016-2017 represents the first 18 games of the league

Aside from this trend, we can see that Ronaldo maintains a volume of shots faithful to what he’s been showing since joining Real Madrid. A projection for the current season has him a little above 100 shots. In terms of efficiency though, Cristiano’s numbers let us to think that he’s on the way down. As the seasons 2013-2014 & 2015-2016 shows, he isn’t clinical by nature. He managed to go above the 25% conversion rate once (a goal per 4 shots without a penalty), and has demonstrated over the years that he needs sheer volume to express his goal scoring talents.

tirs-vs-taux-de-conversion-large
La Liga 2016-2017 represents the first 18 games of the league. Shots and goals in the box and don’t include penalty.

This need for volume and his recent evolution are certainly the reasons Zidane decided to go with a different attacking mode than his predecessors.

In 2010, Mourinho built the offensive system of his Real Madrid around Cristiano’s ability to impose his law on big distances. When he arrived in 2013, Ancelotti took a similar path and gave even more importance to the Portuguese movements in the game model of Madrid. In 2016, Zidane adapted too and has decided to attack in a way that allows Ronaldo to express himself in something he’s still a reference: with crosses.

centres-tentes-vs-centres-reussis-large
The season 2016-2017 represents the first 18 games of the league. Line is a point of reference: 1 successful crosses every 4 crosses (25%).

Real Madrid cross the ball frequently. Since his arrival in Madrid, the team attempts more than 20 crosses per game. But we can see that there is a bigger focus on that point since the 2013-2014 season in which Real Madrid also improved their efficiency in that exercise. More than the evolution of the volume though, it’s the evolution of the importance of crossing in Real Madrid’s style that is so remarkable.

repartitions-des-assists-large
The season 2016-2017 represents the first 18 games of the league.

For the first three seasons with Real Madrid, the Spanish club used crossing as much as through balls. But then things have taken a different direction. Since the first season of Ancelotti, the base of Real Madrid’s attacking style is clearly crossing. And with Benitez and Zidane later, Real Madrid reached a point where the team produced almost six times more assists with crosses than with through balls. More significantly, last season, the team created more assists from corner kicks. And this season, the current European Champions are proving more productive with corners AND free-kicks than with through balls. Clearly, the space game is at his lowest point at Real Madrid.

This huge fall in the utilization of through balls to the benefit of crosses is obviously linked to Cristiano Ronaldo’s evolution who, as mentioned earlier, has seen his ability to be a threat and score from distance being greatly reduced in the last few seasons. The Portuguese is much less capable in that context and the coaches adapted in turn. In addition, we also have to remember that during that period the club sold Gonzalo Higuain, Mesut Ozil and recruited Gareth Bale. Which constituted a big change in the offensive style of the team.

In order for that idea to become a viable and working plan, Zidane also took the decision to push Bale, Benzema and Morata closer to the box. The goal? Create an overload of attacking force with the conviction that, sooner or later, one of the crosses will be converted into a goal. This change is particularly obvious with Benzema.

tirs-vs-buts-large
The season 2016-2017 represents the first 18 games of the league. This involve every offensive players of the five big leagues who have participated to at least 50% of the games.

If for Bale and Ronaldo, the volume progress is small (5% for the Welsh and 13% for the Portuguese), Benzema has almost doubled the amount of chances he takes inside the box between the seasons 2014-2015 & 2015-2016. Which clearly shows that Zidane wants to populate the box to improve Real Madrid’s number of chances. The numbers for the current season aren’t as high, but they still mark a difference with the seasons played before Zidane took the team.

This big presence in the box explains pretty well the plan: Put big numbers of great strikers in the box and cross. And the conversion rate let us think that it’s also a great idea. Bale went from 18,5% to 34% (!), Benzema is stable around 27% and Ronaldo went from 27% to 17%. Even considering the important fall of Ronaldo’s efficiency and the abnormal jump of Bale’s, the numbers present a fantastic offensive trio only challenged by MSN during last season. For the current season though, it is less convincing. Bale, Benzema & Ronaldo present of volume of shots clearly take them far from the rest but their conversion rate doesn’t fit elite players. At least not after 18 games in LaLiga.

In front of the unavoidable transformation of CR7, who has let room for CR9, Zidane opted for a offensive plan that aims to maximize this new version of the Portuguese. And for that plan to become viable, he has pushed Benzema & Bale in the box, where they’re showing tremendous quality. In addition, he’s counting on great crossers in the three axis of the pitch and he can rely on the nature of his midfielders, inclined to stay behind the ball, to form a recovery net for the crosses which are cleared. Overall, this has led to every piece of the squad having a role in the team and a team capable of playing the same way when big players are missing, including Ronaldo.

The decisive part of the season will challenge the solidity of this plan again. But after a year of coaching Real Madrid, it is clear that Zizou has adapted very well to his squad as well as his biggest players. And this is principal mission.

 

Cristiano Ronaldo 2016: Une nouvelle réalité pour Zidane

Cristiano Ronaldo 2016: Une nouvelle réalité pour Zidane

Depuis l’explosion de Ronaldo à Manchester United et sa naissance comme système offensif, le portugais est surtout identifié pour sa capacité à marquer une énorme quantité de buts. La variété dont il dispose pour trouver le chemin des filets, la qualité de ses déplacements et sa détermination à marquer ont crée la conviction qu’il s’agissait d’un buteur qui allait tôt ou tard, abandonner l’aile gauche pour se muer en avant centre.

Chaque année le débat revient, et s’il a démontré durant les dernières saisons qu’il était encore apte à faire la différence sur de grandes distances, la dernière année de compétition disputée sous les ordres de Zinedine Zidane invite à penser qu’il en est désormais uniquement capable de manière ponctuelle.

En effet, plus qu’une question de position, c’est une question de distance qui existe autour de Ronaldo. On a vu cette saison, notamment face au Borrussia Dortmund à Santiago Bernabeu, et face au FC Barcelone au Camp Nou, dans des matchs ou le Real a opté pour un repli et un jeu en contre attaque, que le Ballon d’Or 2016 n’est plus en mesure d’intimider sur des longues courses et que cette approche a perdu en efficacité. L’astre portugais en est bien conscient et il a lui même opté pour une série de décisions qui visent à optimiser son rendement.

Arrivée comme un attaquant avec une participation notable dans le jeu, Cristiano a graduellement diminué son implication dans la circulation du ballon, au point de devenir un attaquant qui parait régulièrement isolé. Sa présence dans les combinaisons à baissé et sa capacité à offrir la dernière passe est également en diminution. Il  est à la fois moins présent dans le jeu et moins décisif sur le plan associatif, premier signe fort que le numéro 7 merengue s’est éloigné des taches d’élaboration.

passes-vs-key-passes-large
Nombre de passes tentées comparé aux nombre de passes clés offertes durant 90 minutes en Liga. La saison 2016-2017 comptabilise les 18 premières journées de championnat. La ligne est une référence: 1 passé clé donné toutes les 20 passes réussies (20%)

En plus d’avoir diminué sa participation dans la création, le portugais a également graduellement réduit son volume de dribble. Arrivée de Manchester United comme un joueur très incliné à tenter de déséquilibrer balle au pied, Ronaldo se présente désormais comme un joueur dont le dribble est devenu un outils ponctuel. Son efficacité reste conforme au niveau montré depuis sa signature au Real (entre 40 et 55%), mais son évolution physique et notamment sa perte d’agilité, l’ont conduit à s’éloigner de ces taches afin de laisser le déséquilibre à ses coéquipiers.

.

dribbles-tentes-par-saisons-large
Dribbles tentés durant 90 minutes en Liga. La saison 2016-2017 comptabilise les 18 premières journées de championnat

S’il s’est clairement éloigné du jeu et des taches d’élaborations, c’est aussi parce que Ronaldo s’est instinctivement rapproché du but. On en trouve une preuve forte lorsqu’on s’attarde sur la répartition des tirs en fonction de la zone. Il fut un temps ou Cristiano Ronaldo tentait davantage sa chance à l’extérieur de la surface qu’à l’intérieur. Au point même, d’en agacer certains supporters. Mais ce temps est révolu. Depuis la première saison de Carlo Ancelotti comme technicien merengue, le champion d’Europe en titre a inversé la tendance et s’exprime principalement à l’intérieur des 18 mètres. On note également une augmentation du volume dans les 6 mètre, signe que le ballon d’Or portugais est désormais bien plus concentré sur la finalisation.

tirs-en-fonction-de-la-zone-large
Répartition des tirs tentés par Ronaldo en Liga (hors penaltys), en fonction de la zone sur le terrain. La saison 2016-2017 comptabilise les 18 premières journées de championnat.

En addition de ce rapprochement de la surface de réparation, on peut constater que Ronaldo maintient un volume de tir conforme à ce qu’il montre depuis son arrivée à Madrid. Une projection sur la saison 2016-2017 entière le positionne au delà des 100  tirs. En terme d’efficacité en revanche, les chiffres du portugais laisse à penser qu’il est en baisse. Comme l’atteste les saisons 2013-2014 et 2015-2016, Ronaldo n’est pas par nature un buteur clinique. Il a dépassé une seule fois la barre des 25% (un but tous les 4 tirs dans la surface hors penalty) et a démontré au fil des années qu’il avait besoin de volume pour exprimer ses talents de buteurs.

tirs-vs-taux-de-conversion-large
Nombre total de tirs tentés dans la surface (hors penaltys) opposé au taux de conversion (%) en Liga. La saison 2016-2017 comptabilise les 18 premières journées de championnat.

Ce besoin de volume associé à évolution, sont sans doute ce qui a poussé Zidane a opter pour un mode d’attaque différent à ceux choisis par ses prédécesseurs.

En 2010, Mourinho avait construit le système offensif de son Real Madrid sur la capacité de Cristiano à imposer sa loi dans les grands espaces. A son arrivée en 2013, Ancelotti a suivi une direction similaire, en mettant l’accent sur la mobilité du n° 7 merengue dans l’animation de l’équipe. En 2016, Zidane s’est à son tour adapté et a mis en place un style d’attaque qui permet à Ronaldo d’exprimer le domaine dans lequel il reste une référence : Les centres.

centres-tentes-vs-centres-reussis-large
La saison 2016-2017 comptabilise les 18 premières journées de championnat. La ligne est une référence: 1 Centre réussi pour 4 centre tentés (25%).

Le Real centre beaucoup. Depuis l’arrivée du portugais Madrid, l’équipe tente plus de 20 centres par rencontre. Mais on peut aussi constater qu’un accent particulier y est mis depuis la saison 2013-2014, saison durant laquelle les merengue passent aussi un cap en terme d’efficacité dans cet exercice. Mais plus que le volume, c’est l’importance du centre dans le discours offensif de l’équipe qui a fortement augmenté.

repartitions-des-assists-large
Valeur des différents types de passes décisives dans la production offensive du Real en Liga. La saison 2016-2017 comptaibilise les 18 premières journées de championnat

Durant les premières trois saisons de Ronaldo avec  le Real, le club espagnol s’est autant appuyé sur les centres que sur les passes en profondeur, mais les choses ont prit une direction très différente par la suite. Depuis la première saison de Carlo Ancelotti, la base du discours offensif du Real est clairement l’utilisation du centre. Et avec Benitez, puis Zidane, le Real a atteint un point ou l’équipe produit presque six fois plus de buts via des centres que grâce aux passes en profondeur. De manière encore plus significative, la saison dernière, le Real a créé plus de passes décisives grâce aux corners que grâce aux passes en profondeur. Et cette saison, le club madrilène se montre également plus productif sur corners ET sur coup de pied arrêtés que sur les passes en profondeur. Clairement, le jeu dans l’espace est à son plus bas chez les Champions d’Europe.

Cette énorme baisse dans l’utilisation des passes en profondeur au profit des centres va évidemment de pair avec l’évolution de Ronaldo, qui, comme mentionné plus haut, a vu sa capacité à marquer en partant loin du but adverse grandement diminuée durant les dernières années. Le portugais est moins apte à faire la différence en partant éloigné du but, et de ce fait, le club s’est graduellement adapté. En addition, il faut aussi noter que durant cette période, Le Real s’est séparé de Gonzalo Higuain, puis Mesut Ozil, et a recruté Gareth Bale. Ce qui constitue un changement important dans le style offensif de l’équipe.

Pour que l’utilisation des centres devienne un plan viable et fonctionnel, Zidane a également pris la décision de pousser d’avantage Bale, Benzema et Morata (qu’il a insisté pour garder cet été) dans la surface de réparation. Le but ? Créer un surnombre d’attaquants de très grande qualité avec la conviction que tôt ou tard, l’un des centres finira par être transformé en but. Cela est particulièrement évident dans le cas de Karim Benzema.

tirs-vs-buts-large
Tirs tentés opposé au buts marqués durant 90 min par tous les joueurs du secteur offensif des cinq grands championnats ayant pris part à au moins 50% des matchs. La saison 2016-2017 comptabilise les 18 premières journées de championnat.

Si pour Bale et Ronaldo, l’augmentation du volume est minime (5% pour le gallois et 13% pour le portugais), Benzema a quasiment multiplié ses tentatives dans la surface par deux entre la saison 2014-2015 et la saison 2015-2016. Ce qui témoigne clairement que l’entraineur français cherche à peupler la surface de réparation pour multiplier ses options. Les chiffres pour la saison en cours montre que la tendance est maintenu. Même si Benzema apparaît loin de la saison passée, le volume crée par la BBC reste à la hausse comparée aux saisons pré Zidane.

Cette grande présence dans la surface démontre que le plan offensif est désormais clairement de peupler la surface de réparation et de centrer et le taux de conversion de la BBC invite à penser que c’est un choix très cohérent. Gareth Bale est passé de 18,5% à 34% de conversion (!), Benzema est stable autour de 27% et Ronaldo de 27% de 17%. Même en tenant compte de la baisse significative d’efficacité du portugais et la progression anormale de Bale, les chiffrent présentent un trio offensif dont seul s’approche la MSN en termes de volume et de taux de conversion sur la saison 2015-2016. Pour la saison actuelle, en revanche, le constat est beaucoup moins encourageant. La BBC présente un volume de tirs dans la surface qui la démarque clairement du reste, mais son niveau d’efficacité ne la situe pas parmi l’élite. Du moins après 18 journées de championnat.

Face à l’inévitable transformation de CR7, qui a désormais laissé place à CR9, Zidane a donc a mis en place un plan de jeu offensif visant à maximiser cette nouvelle version de Ronaldo, qu’il a clairement consolidé en poussant Benzema et Bale à se montrer plus présent dans la surface. En s’appuyant  sur des centreurs de qualités présents dans les trois axes du terrain et la nature de ses milieux de terrain, enclin à évoluer derrière la balle, qui forme un filet de récupération pour les centres renvoyés, Zizou a également consolider son idée de jeu en donnant un sens à chaque pièce de son effectif, permettant au Real de fonctionner de manière identique en cas d’absence de joueurs importants, Ronaldo inclus.

La partie décisive de la saison mettra à nouveau à l’épreuve la viabilité de ce plan, mais après un an à la tête du Real, force est de constater que le technicien français s’est clairement adapté à son effectif ainsi qu’à ses meilleures joueurs. Et c’est bien là sa mission principale.

 

 

 

Cristiano Ronaldo 2016: Una nueva realidad para Zidane

Cristiano Ronaldo 2016: Una nueva realidad para Zidane

Desde la explosión de Ronaldo en el Manchester United y su nacimiento como sistema ofensivo, el portugués está principalmente identificado por su capacidad para marcar una cantidad enorme de goles. La variedad que tiene en el momento de disparar, la calidad de sus movimientos y su determinación para el gol han creado la convicción de que era un goleador que iba, tarde o temprano, a abandonar la banda y mutar en delantero centro.

Cada año, el debate resurge. Y si Cristiano ha demostrado durante las ultimas temporadas que todavía era capaz de marcar diferencias en grandes distancias, su ultimo año de competición con Zidane de técnico invita a pensar que hoy es algo que solo puede hacer de manera muy puntual.

Porque mas que una cuestión de posición, existe una cuestión de distancia con Ronaldo. Hemos visto durante los últimos meses de competición, especialmente ante el Borrussia Dortmund en el Santiago Bernabéu y durante el Clásico en el Camp Nou, en partidos donde Zidane optó por un repliegue y un juego enfocado al contragolpe, que el Balón de Oro 2016 ha perdido su capacidad de intimidación en las grandes distancias. El astro portugués lo sabe muy bien y ha tomado una serie de decisiones para optimizar su rendimiento.

Llegó como un delantero con una notable participación en el juego, pero Cristiano ha disminuido progresivamente su implicación en la circulación de la pelota, hasta el punto de convertirse en un futbolista que parece regularmente aislado. Su presencia en las cadenas de pases ha bajado y su capacidad para ofrecer el ultimo pase esta también en disminución. Está menos presente en el juego y es menos decisivo a nivel asociativo, lo que es un primer signo fuerte de que el siete merengue se ha alejado de las tareas de elaboración.

passes-vs-key-passes-large
La temporada 2016-2017 contabiliza las 18 primeras jornadas de la Liga. La linea es una referencia: 1 pase clave por cada 20 pases dados (20%).

Además de haber reducido su participación en el aspecto creativo, el siete merengue también ha disminuido gradualmente su volumen de regates. Cuando llegó del Manchester United era un futbolista que intentaba desequilibrar con gran frecuencia con el balón, pero desde 2016 se puede decir que el portugués regatea solo de manera puntual durante un partido. Su efectividad está conforme al nivel mostrado desde su fichaje por el Madrid (entre 40% y 55% de acierto), pero su evolución y, sobre todo, su perdida de agilidad, le han conducido a alearse de este ejercicio.

dribbles-tentes-par-saisons-large
La temporada 2016-2017 contabiliza solo las 18 primeras jornadas de la Liga

Si el campeón de Europa se ha alejado del juego y del aspecto creativo es también porque instintivamente se ha acercado al gol. Lo podemos comprobar cuando miramos la distribución de sus remates en función de la zona. Hubo un tiempo en el que Cristiano Ronaldo intentaba más remates desde fuera del área que dentro de ella. Hasta el punto de frustrar a una parte de la afición. Pero este tiempo se acabó. Desde la primera temporada de Carlo Ancelotti como técnico blanco, el portugués ha invertido la tendencia y exprime su remate mayoritariamente desde dentro del área. También podemos comprobar que el volumen de remates en los últimos seis metros nunca fue tan alto, prueba de que el jugador se relaciona mas con la finalización que nunca.

tirs-en-fonction-de-la-zone-large
La temporada 2016-2017 contabiliza solo las 18 primeras jornadas de la Liga.

Además de este acercamiento al área, podemos comprobar que Ronaldo mantiene un volumen de remates a la altura de su reputación. Una proyección para la totalidad de la temporada 2016-2017 le sitúa por encima de los 100 remates en el área. En terminos de efectividad, las cifras indican que está en declive. Aunque como demuestran las temporadas 2013-2014 y 2015-2016, Ronaldo no es un finalizador « clínico » por naturaleza. Ha superado la barrera del 25% de acierto solo una vez desde su llegada al Madrid (1 gol cada 4 remates en el área, sin penaltis) y ha demostrado a lo largo de los años que necesita un volumen importante de remates para explotar sus talentos de goleador.

tirs-vs-taux-de-conversion-large
La temporada 2016-2017 contabiliza las 18 primeras jornadas de la Liga.

Esa necesidad de cantidad, combinada a su reciente evolución, es lo que sin duda ha conducido a Zidane a tomar un camino diferente a sus antecesores.

En 2010, Mourinho había construido el sistema ofensivo de su Real Madrid sobre la capacidad de Ronaldo a imponer su ley en los espacios. En 2013, cuando llegó Ancelotti, tomó un camino similar, pero dio un enfoque especial a la movilidad del portugués en la dinámica de movimientos del equipo. En 2016, Zidane ha optado por un modo de ataque que permite a Ronaldo explotar virtudes donde sigue siendo una referencia: Los centros.

centres-tentes-vs-centres-reussis-large
La temporada 2016-2017 contabiliza las 18 primeras jornadas de la Liga. La linea es referencia: 1 buen centro cada 4 centros intentados (25%).

El Madrid centra mucho. Desde la llegada de Cristiano a la capital española, el equipo merengue intenta mas de 20 centros por partidos. Pero podemos comprobar que este modelo de ataque se ha acentuado desde la temporada 2013-2014, periodo donde el equipo también mejoró su efectividad en este ejercicio. Pero más que el volumen, lo que ha aumentado de manera importante es la importancia del centro dentro del discurso ofensivo del equipo.

repartitions-des-assists-large
La temporada 2016-2017 contabiliza las 18 primeras jornadas de la Liga.

Durante las tres primeras temporadas de Cristiano con el Madrid, el equipo blanco utilizaba los centros y los pases en profundidad a un nivel similar. Pero luego las cosas cambiaran mucho. Desde la primera temporada de Carlo Ancelotti, la base del discurso ofensivo del Madrid se basa claramente en los centros. Con Benítez y después con Zidane, los merengues han alcanzado un punto donde consiguen seis veces mas asistencias con centros que con pases en profundidad. La temporada pasada, de manera aún mas significativa, los Campeones de Europa han producido mas asistencias con saques de esquina que con pases en profundidad. Y esa temporada el dato va aún mas lejos, pues el equipo de Zidane consigue más goles de córner y en acciones a balón parado que con los pases en profundidad. Claramente, el juego al espacio esta a su nivel mas bajo en Chamartín.

Esa enorme baja en la utilización de los pases en profundidad al beneficio de los centros va unida a la evolución de Cristiano que, como se ha mencionado antes, ha visto disminuir notablemente en las últimas temporadas su capacidad para marcar diferencias partiendo de lejos. El portugués está menos capacitado para marcar diferencias desde la distancia y, entonces, los entrenadores se han adaptado a esta situación. Además, hay que añadir que en 2013 el Madrid vendió a Gonzalo Higuaín y Mesut Özil e incorporó a Gareth Bale. Lo cual constituye un cambio importante en el estilo ofensivo del equipo.

Para que esa utilización de los centros sea un plan fiable y productivo, Zidane tomo la decisión de empujar a Bale, Benzema y Morata hacia el área. ¿El objetivo? Crear una acumulación de delanteros de gran calidad en al área, con la convicción de que, tarde o temprano, uno de los centros acabaría en la red. Esta situación es particularmente notable en el caso de Karim Benzema.

tirs-vs-buts-large
La temporada 2016-2017 contabiliza las 18 primeras jornadas de la Liga.

Si para Bale y Cristiano el aumento de volumen es bajo (5% para el galés y 13% para el portugués), Benzema ha multiplicado sus intentos en el área por dos entre la temporada 2014-2015 y 2015-2016. Lo que explica bastante bien la idea de Zizou. Las cifras de la temporada actual muestran que la tendencia sigue. Aunque Benzema está lejos de las cifras de la temporada pasada, el volumen de intentos de la BBC sigue estando por delante de las cifras anteriores a Zidane.

Esta gran presencia demuestra que el plan ofensivo es rematar lo más cerca posible de la portería. La tasa de conversión nos dice que es una idea excelente. Bale pasó del 18,5% al 34% de conversión en el área, Benzema está alrededor del 27%, mientras que Ronaldo ha bajado del 27% al 17%. Teniendo en cuenta la bajada significativa de Cristiano y la progresión anormal de Bale, las cifras presentan un trío ofensivo al que solo se acerca la MSN en términos de volumen y eficacia durante la temporada 2015-2016.

Para la temporada actual, la lectura es menos convincente. La BBC sigue siendo una referencia en términos de cantidad de remates, pero su nivel de eficacia no es propio de la máxima élite. Al menos después de 18 jornadas de Liga.

En conclusión, frente a la inevitable transformación de CR7, que ha dado paso a CR9, Zidane ha implementado un modo de ataque ofensivo enfocado a maximizar esa versión humana del portugués, y lo ha consolidado empujando a Benzema y Bale mas cerca del gol.

Con la ayuda de pasadores de calidad en los tres carriles del campo y la inestimable ayuda de sus centrocampistas, inclinados a jugar por detrás de la pelota, formando una red de recuperación para los centros despejados, el técnico francés ha conseguido dar sentido a todas su piezas. Hasta el punto de que el Madrid funciona de la misma manera cuando los jugadores importantes no están en el campo, Cristiano incluido.

La parte decisiva de la temporada pondrá de nuevo a prueba la solidez de este plan, pero con un año como técnico merengue queda bastante claro que Zidane se ha adaptado perfectamente a su plantilla y a sus mejores futbolistas. Y eso, más que cualquier otra cosa, es su misión principal.

Real Madrid 2016-2017: Analyse d’un mercato discret

Real Madrid 2016-2017: Analyse d’un mercato discret

En remportant sa première Ligue des Champions seulement six mois après avoir pris la tête de l’équipe, Zidane s’est montré capable, au moins sur le court terme, d’unir un groupe de joueurs autour d’objectifs communs, avec une base collective solide. Pour cela, il a dû séduire et convaincre un effectif dont la largeur et la qualité est incontestable. A tel point que, l’entraîneur français avait tous les outils pour bricoler une équipe de circonstances, combative, rugueuse et confortable au moment de défendre, sans manquer de quoi que ce soit.

En effet, le Real n’a pas eu à entrer sur le mercato hivernal pour trouver des éléments tels que Nacho, Casemiro ou Lucas Vazquez, révélés cruciaux. Ces joueurs étaient déjà à disposition dès le mois d’août 2015. Et la richesse du groupe ne s’arrête pas là. Le soir de la finale de la Ligue des Champions 2016 face à l’Atletico Madrid, Zidane en plus de pouvoir compter sur son équipe titulaire, disposait d’un banc de touche composé de Danilo, Isco, James Rodriguez et Jésé Rodriguez.

Dans ce contexte, il est facile de comprendre la discrétion du Real durant ce mercato d’été 2016. En renforçant l’effectif premièrement assemblé par Florentino Perez en 2009 puis équilibré par Mourinho durant les trois saisons suivantes, le Real Madrid a atteint un tel niveau qu’il ne fait plus aucun doute sur sa capacité à affronter tous ses objectifs. Le club dispose d’un groupe d’au moins 17 joueurs ayant l’aptitude et les épaules pour disputer n’importe quel match d’envergure. Le but est donc, de l’améliorer par petite retouche et de le maintenir jeune. Clairement, le Real Madrid ne va plus sur le marché pour progresser, il y va pour se perfectionner.

Avec cette idée en tête, à la fin de la saison 2015-2016, deux postes nécessitent un changement évident : celui de poste de latéral gauche et celui d’avant centre.

A l’évidence, le club a pris un risque flagrant avant le début du dernier exercice en ne signant pas de vrai latéral gauche pour remplacer Marcelo. L’effectif comptait à ce moment là Alvaro Arbeloa, ayant joué de nombreux matchs à ce poste ainsi que Nacho, défenseur central de formation et qui a démontré une polyvalence certaine. Cependant, aucun de ces deux joueurs n’est équipé pour remplir un rôle plus moderne de défenseur gauche, en offrant à la fois amplitude et un minimum de débordement. Avec le départ d’Alvaro Arbeloa, il était donc indispensable pour le club de ne pas jouer avec le feu une deuxième saison.

En théorie, la mission n’était pas simple. Marcelo étant un titulaire indiscutable de par sa qualité, il s’agissait en réalité, de recruter un latéral gauche pleinement conscient du fait qu’il allait occuper un poste de remplaçant, mais également capable de se montrer fiable s’il est amené à jouer pour une longue période et/ou des matchs importants. Au vue de ces exigences, il n’est donc pas surprenant de voir le Real s’incliner vers un ancien recrutement de l’ère Mourinho : Coentrao. Le portugais, qui a effectué trois saisons au Real n’a jamais su s’installer ni convaincre sur le long terme. Barré par Marcelo et peu apprécié de la presse locale, il a pourtant disputé des matchs de très haut niveau avec le maillot du Real, dont notamment la finale de la Ligue des Champions 2014, face à l’Atletico Madrid. Sur le papier, l’idée de conserver le joueur, déjà sous contrat, a beaucoup de sens puisqu’il connaît une grande partie de l’effectif, le club et le championnat. Reste néanmoins des interrogations sur son retour de blessure et l’état d’esprit dans lequel il peut aborder une nouvelle saison en tant que doublure de Marcelo. Si Zidane se montre suffisamment compétent pour garder le joueur concentré et impliqué, le Real obtiendra alors un latéral gauche de renfort qui ferait rougir plus d’un titulaire des grands clubs européens.

En plus du poste de latéral gauche, le Real avait besoin d’aborder la question de la doublure de Karim Benzema. Après le départ confirmé de Chicharito Hernandez arrivé sous forme de prêt durant la saison 2014-2015, La direction merengue a souhaité confectionner son effectif en permettant à Jésé d’être la première option pour entrer en attaque, aussi bien sur les côtés que dans l’axe. Malheureusement, dans les faits, le désormais joueur du Paris Saint-Germain n’a pas été capables d’assumer ces responsabilités. Son interprétation du poste de numéro 9 n’a pas offert au Real la référence dont l’équipe et surtout ses coéquipiers offensifs avaient besoin. A tel point que, Benitez puis Zidane, se sont inclinés pour utiliser Ronaldo et Bale sur ce poste, avec des résultats différents.

Après un exercice où Benzema n’a disputé que 27 des 38 matchs de championnat, le Real avait la nécessité de trouver une solution plus rationnelle et compétitive pour suppléer le français. Là aussi, le recrutement était compliqué. Sur le plan footballistique, il fallait trouver un numéro 9 avec des qualités spécifiques, qui sait mettre ses coéquipiers dans les meilleures conditions. Cela veut dire être à l’aise dos au but, capable de servir de point d’appui pour son équipe, de se déplacer sur les côtés afin de libérer les espaces intérieurs pour Bale et Ronaldo, d’offrir un minimum de profondeur et bien évidemment, d’être capable de produire des buts. Le tout, dans un le rôle de doublure, avec le statut que cela implique.

Comme pour Coentrao, le Real disposait néanmoins d’une très bonne carte dans sa manche : Morata. En effet, son profil convient, même si certains doutes subsistent sur sa capacité de production. Encore faut-il discuter de son rôle… Après deux saisons à la Juventus, durant lesquelles il a explosé en s’affirmant avec de grands matchs en Ligue des Champions, l’attaquant espagnol se sent manifestement apte à assumer un rôle de titulaire dans un grand club et les offres ne manquent pas. On assiste à un sacré dilemme pour le joueur, qui se retrouve tiraillé entre son désir de jouer pour le Real et celui de trouver un club qui lui offre davantage d’espace. A défaut de lui promettre une titularisation, la direction merengue prend, malgré cela, une décision encourageante pour le numéro 7 de la Roja: Vendre Jésé. En procédant ainsi, le Real permet à Morata de ne pas se voir uniquement comme une doublure de Benzema, mais également comme une option privilégiée pour remplacer Ronaldo, qui a 31 ans, a promis « d’apprendre à se ménager». Un détail qui peut avoir son importance.

En plus de l’absence de Ronaldo, c’est sans doute celle de Karim Benzema, gêné par des problèmes de hanche, qui a poussé la direction merengue à proposer à Mariano Diaz de compléter la ligne des avant- centre. L’ex-buteur de la Castilla semble déterminé à tenter sa chance, du moins jusqu’à l’ouverture du mercato d’Hiver. Sans oublier que son profil assez particulier demeure un choix attrayant pour le club. Il permet à Zidane de compter sur un chasseur de but, énormément lié avec l’attaque des espaces, disposant d’un large arsenal au moment de conclure les actions. A bien des niveaux, le dominicain rappelle Chicharito Hernandez, qui s’est montré comme un bon joker sous les ordres de Carlo Ancelotti.

En addition et contre tous pronostics, le Real a également décidé de conserver Marcos Asensio dès cet été. L’attaquant espagnol a convaincu son entraîneur et son profil unique est un plus pour le groupe. Il est difficile encore de savoir quel espace le jeune Marco va occuper dans cette saison. Il est un excellent attaquant d’un point de vue associatif et participe énormément au jeu de son équipe, mais sa capacité à produire des buts demeure bien plus faible que ce montre le début de saison. S’il permet alors à Zidane d’obtenir un second gaucher pour compléter sa ligne d’attaquants, il est un joueur dont l’impact sur le résultat devrait le reléguer à un rôle secondaire.

Au delà du traitement des ces deux priorités, on peut aussi s’interroger sur l’absence d’un remplaçant de profil identique à Casemiro. Durant la pré-saison, Zidane disposait de Marcos Llorente, jeune milieu de terrain provenant de la Castilla, mais le jeune espagnol est finalement parti en prêt à Alaves pour jouer une saison pleine. Zizou a également communiqué à plusieurs reprises qu’il était impossible de recruter sans vendre au préalable. Il est donc possible que le poste soit finalement vacant à cause de la charge actuelle l’effectif et de l’incapacité ou la volonté du Real a ne pas forcer certains joueurs vers la sortie. Toutefois, Zidane s’est également exprimé sur le fait que Toni Kroos et Mateo Kovacic pouvaient occuper cette démarcation et le fait qu’il n’attribue pas spécialement d’importance au profil d’une seconde option est intéressant. Cela suppose, entre autres, que l’entraîneur français ne tient pas à disposer de deux joueurs de type ‘correcteurs’ devant la défense et qu’il apprécie le fait d’avoir de la variété.

Au final, le Real a très bien abordé la fenêtre des transferts, autant sur l’aspect financier que sur la qualité des joueurs recrutés. Les deux postes qui nécessitaient incontestablement un renfort ont été remplis par des joueurs de grande carrure. Le club a également décidé d’offrir à Zidane deux options de plus dans sa ligne d’attaquants. A vrai dire, les moyens du club et la qualité de la planification depuis le passage de Mourinho sont tels, que les champions d’Europe n’ont pas réellement eu à entrer sur le marché cet été. Mariano a été promu depuis l’équipe réserve, Coentrao et Asensio sont revenus de prêt et Morata était à une clause près de l’effectif merengue.

La vraie question concerne essentiellement le comportement du club au moment de rééquilibrer son effectif et de faire de la place à ses joueurs de calibre. Certainement influencé par la sanction FIFA qui leur interdit de recruter durant les deux prochains marchés des transferts (Hiver 2016-17 et Eté 2017), les merengue n’ont pas souhaité dégraisser, avec les risques que cela peut engendrer. Car dans l’hypothèse où le technicien français dispose de tout son groupe, des joueurs de grande qualité pourraient se retrouver non pas sur le banc, mais hors de la feuille de match. Imaginez un instant : l’équipe de la finale de la finale Européenne 2015-2016 est titulaire et Casilla, Danilo, Varane, Kovacic, Isco, James et Morata forment le banc de touche. Cela signifie, si tout le monde est disponible, que Yanez, Coentrao, Nacho, Lucas Vazquez, Asensio et Mariano ne figurent pas sur la feuille de match pour des simples raisons mathématiques. Ce genre de scénario reste très rare durant la saison et la densité du calendrier qui attend le Real va inévitablement pousser Zidane à effectuer des rotations, mais cela n’en demeure pas moins une possibilité. Et dans l’exemple cité, ce sont les joueurs de plus faibles statuts qui sont exclus, ce qui ne sera pas forcément le cas.

On est donc en droit de s’interroger. Est-ce gérable pour un entraîneur de s’occuper d’un groupe aussi large ? Zidane peut-il maintenir tous ses joueurs impliqués et déterminés ? Ou est-ce que le Real, inquiété par son interdiction de mercato, n’a pas poussé le concept de ‘super effectif’ trop loin, en se préparant pour cette nouvelle saison ? On le saura bien assez tôt. Une chose est sûre : Zinedine Zidane ne pourra pas échouer par manque d’options.

Effectif du Real Madrid 2016-2017:

Full squad

Recognize their quality

Recognize their quality

For his first game as Real Madrid coach, Zinedine Zidane made a few changes from Rafael Benitez’s preferred team. He selected a slightly different starting line-up, tweaked the position of several players, and it was also possible to notice a few changes in terms of collective instructions.

In brief, Real Madrid tried to build their game by using short passing, avoiding long balls as much as possible and overall the team appeared more aggressive without the ball and less direct with it. There, they regularly holding the defensive line before moving toward the goal.

Is this enough to explain the 5-0 victory against Deportivo La Coruna? Not really. In fact, these new instructions were executed slowly and poorly. The build-up phase was untidy, the pressure disorganised and the ball circulation never really reached a tempo that could realistically unbalance the opposite defence. All logical, of course. After five days of work it couldn’t be anything more.

What can really explain this large victory against a good Depor side though, is the change in attitude. By attitude we’re not talking about intensity or distance covered, but about behaviour when having to decide what to do with the ball. Clearly, Real Madrid players seemed more inclined to keep the ball and combine, in the process putting themselves in dangerous situations frequently with more desire to rely upon on their technique. It may sound like a small thing, but it isn’t.

During the very short Benitez era, the squad never seemed connected with their coach and his vision of the team. The Spaniard doesn’t lack knowledge in terms of tactics or mechanisms to build a team. However, his instructions never seemed to reach the players. At a certain point, some of them have even critiqued his approach and vision in public

Clearly, the initial impact of Benitez was complicated. By replacing Carlo Ancelotti, beloved by the players, and coming from an uninspiring spell with Napoli, Benitez started his Real Madrid adventure with low credit in the locker room.

In addition, there is little doubt that some of his public interventions didn’t help much. But beyond his troubling lack of communication and a perplexing trajectory as a coach, what was certainly the main cause of his rejection was the message he tried to put across with his football.

In itself, playing direct football or trying to control the ball isn’t good or bad. It isn’t convincing not the contrary. It clearly depends on the players at your disposal. And if it’s clear that the Real Madrid squad is dominated by offensive associative players (from the left-back to the number nine), the wealth of the squad and the possibilities that it offers allow the team to play different types of football.

The problem though, is when the squad at your disposal takes on a diminutive character, or even witnesses a negligence of its talent. Indeed, by some distance, it’s clear that despite good intentions, Benitez made a series of decisions conveying poor confidence in the talent he had at his disposal.

Let’s recap a little bit some of those decisions:

-Collectively we have seen Real Madrid try to play a direct football, often jumping the line of defensive minded midfielders, and completely giving up the control of the ball in order to focus on space control close to its goal, almost always after taking the lead.

-Individually, we have been witnessing the isolation of Cristiano Ronaldo, taken away from the build up and elaboration phase of play, in turn being reduced to a finishing role. Isco and James, equally, were reduced to less central roles and often performed as wingers. In addition, the organisation of the team and the preparation of the offensive phase lost a lot of focus with the entrance of Casemiro, replacing Toni Kroos, this encountering an unavoidable consequence on the style of the team.

All these decisions, collective and individual, that by nature, have pros and cons, without a doubt upset a group of players which, already against a change of coach, ended up by rejecting the football professed by their new coach.

Now, we can criticise their professionalism, point out their attitude and recall that they are players under contracts, but in the process, let’s not forget that all the players who were already here during Jose Mourinho’s era and later with Ancelotti, showed a level of determination and commitment of the highest level. In truth, the problem isn’t the lack of seriousness, it’s the lack of conviction.

Asking a group of fantastic players to give up the control of the ball and adapt to a rival of historic dimension, when they have barely lived together and didn’t win anything as a group is complicated but doable.  Asking a group of exceptional players to give up the control of the ball and adapt, when they are convinced of their quality as they have won the biggest trophy for a club  and proved that they can play a football that fits their technical abilities while winning every game has very little chance to seduce them.

That’s the key: Seduce the players. Get them on board. Without that, there is no team or competition. Benitez, sadly, has somehow failed to do this, but Zidane, who knows the squad very well, seems aware of the importance.

And this here, is probably the most encouraging point for Real Madrid. Not the final score, not the fact that Isco and Dani Carvajal have both started Zidane’s first game, or even that Gareth Bale has scored a hat trick. But rather the fact that the new Real Madrid coach, the novice that he is, has taken an important step to fulfil the most fundamental part of his job.

He has recognized on and off the pitch, their tremendous quality.

Reconnaitre leur qualité

Reconnaitre leur qualité

Pour son premier match comme entraîneur du Real Madrid, Zidane a effectué plusieurs changements par rapport à la dernière équipe de Benitez. Il a légèrement modifié l’équipe de départ, le positionnement de quelques joueurs, et on a également pu constater l’apparition de nouvelles consignes collectives. Concrètement, les madrilènes ont cherché à construire leur jeu en sortant le ballon avec des passes courtes, en évitant le jeu long et de manière générale, l’équipe s’est montrée plus agressive sans le ballon et moins directe avec. Les joueurs ont souvent pris le temps de se regrouper après une récupération de balle avant de se diriger vers le but adverse.

Est-ce assez pour expliquer cette large victoire face au Dépor ? Pas vraiment. Dans les faits, ces nouvelles consignes ont été exécutées de manière lente et approximative. La relance était laborieuse, le pressing désorganisé et la circulation du ballon n’a jamais vraiment atteint un rythme suffisant pour déséquilibrer le bloc adverse. Logique bien sûr. Après cinq jours d’entraînement, il ne peut en être autrement.

On peut d’avantage expliquer cette large victoire par changement dans l’attitude des joueurs. Par attitude, je ne veux pas parler d’effort et de mètres parcourus, mais de comportement au moment de décider quoi faire avec le ballon. En effet, on a pu voir de manière assez prononcée, que les joueurs ont essayé de garder le contrôle du ballon, au risque de se mettre en danger à plusieurs reprises. Ils ont semblé plus enclins et confiants à l’idée d’utiliser leur technique. Cela peut paraître anecdotique mais cela ne l’est pas.

Durant la très courte ère Benitez, le groupe n’a jamais vraiment semblé connecté avec son entraîneur et sa manière de voir l’équipe. Le technicien espagnol ne manque pas de connaissances en matière de tactique et d’organisation d’équipe, pourtant, ses consignes n’ont pas atteints les joueurs et son discours a même été contesté publiquement par le capitaine de l’équipe.

Clairement, le contexte initial était compliqué. En remplaçant un entraîneur adoré par les joueurs et en venant d’un périple peu convaincant avec Naples, Benitez a entamé son aventure merengue avec un crédit limité auprès de ses nouveaux joueurs. Par la suite, il est clair que certaines de ses interventions publiques n’ont pas aidé sa cause. Mais au delà d’une communication problématique et de sa trajectoire peu enthousiasmante, ce qui est certainement la cause principale de ce rejet des joueurs, c’est le message. Le fond associé au football qu’il a voulu implanter.

En soit, jouer un football direct ou chercher le contrôle du ballon n’est pas bon ou mauvais. Convainquant ou non convainquant. Et s’il est clair que l’effectif madrilène est majoritairement composé par des joueurs offensifs, la richesse du groupe et les variantes qu’il offre permettent la pratique de jeu variés. Le problème survient lorsque l’effectif à disposition y voit un caractère réducteur, voire négligent de son talent. Là, la tache s’avère très compliquée. Avec du recul, il est assez clair que malgré de bonnes intentions, Benitez a pris une série de décisions reflétant une confiance mitigée envers le talent de ses joueurs. Récapitulons certaines de ces décisions:

·        Collectivement, on a vu le Real chercher à jouer un football direct, en sautant régulièrement sa ligne de milieux de terrain et abandonner le contrôle du ballon pour essayer de dominer les espaces. Souvent avec un repli proche de son propre but après avoir ouvert le score.

·        Individuellement, on a pu voir Cristiano Ronaldo éloigné des phases d’élaboration et de désorganisation de l’adversaire et réduit à un rôle de finisseur. Isco et James ont également été éloignés du cœur du jeu (l’axe) et confinés à des rôles d’ailiers. De plus, l’organisation de l’équipe et la préparation des offensives a perdu énormément de considération, avec l’entrée de Casemiro en lieu et place de Kroos, avec des conséquences inévitables sur le style de jeu l’équipe et son potentiel.

Toutes ces décisions, collectives et individuelles, qui comportent des pour et des contre, ont sans aucun doute agacé un groupe qui, déjà peu enclin à un changement d’entraîneur, a fini par rejeter le football proposé par l’entraineur espagnol. On peut questionner le professionnalisme des joueurs, pointer du doigt leur attitude et rappeler qu’ils sont des employés sous contrat, mais il ne faut pas oublier que tous ceux présents durant l’ère Mourinho puis les deux années de Carlo Ancelotti ont a moment ou à un autre, démontré un niveau de détermination et d’implication de très niveau haut. En clair, il ne s’agit pas d’un manque de sérieux, mais plutôt d’un manque de conviction.

Demander à un groupe de joueurs de très haut niveau d’abandonner le ballon, quand ils n’ont rien gagné ensemble ni accumulé un vécu, et que le rival direct est une équipe de dimension historique, est compliqué mais réalisable. Demander à un groupe de joueurs exceptionnel d’abandonner le contrôle du ballon alors qu’ils sont conscients de leur qualité, et qu’il ont prouvé qu’ils peuvent gagner le plus prestigieux des trophées  et remporter énormément de matchs en développant un football à la hauteur de leur niveau technique a extrêmement peu, voire aucune chance de les séduire.

Et c’est bien là toute la clé. Séduire les joueurs. Les avoir impliqués. Sans ça, il n’y a ni équipe, ni compétitivité. Benitez a tristement échoué sur ce point, mais Zidane, qui connaît très bien l’effectif, semble bien conscient de son importance. Et c’est sans aucun doute la chose la plus encourageante pour le Real après ce premier match. Pas le score final de 5-0, pas la double titularisation de Isco et Carvajal ou même le triplé de Bale. Mais plutot le fait que le nouvel entraîneur du Real, tout novice qu’il est, a fait un premier pas pour succèder dans le prérequis le plus fondamental de sa fonction : Il a reconnu, sur et en dehors du terrain, l’énorme qualité de ses joueurs.