Cristiano Ronaldo 2016: Une nouvelle réalité pour Zidane

Cristiano Ronaldo 2016: Une nouvelle réalité pour Zidane

Depuis l’explosion de Ronaldo à Manchester United et sa naissance comme système offensif, le portugais est surtout identifié pour sa capacité à marquer une énorme quantité de buts. La variété dont il dispose pour trouver le chemin des filets, la qualité de ses déplacements et sa détermination à marquer ont crée la conviction qu’il s’agissait d’un buteur qui allait tôt ou tard, abandonner l’aile gauche pour se muer en avant centre.

Chaque année le débat revient, et s’il a démontré durant les dernières saisons qu’il était encore apte à faire la différence sur de grandes distances, la dernière année de compétition disputée sous les ordres de Zinedine Zidane invite à penser qu’il en est désormais uniquement capable de manière ponctuelle.

En effet, plus qu’une question de position, c’est une question de distance qui existe autour de Ronaldo. On a vu cette saison, notamment face au Borrussia Dortmund à Santiago Bernabeu, et face au FC Barcelone au Camp Nou, dans des matchs ou le Real a opté pour un repli et un jeu en contre attaque, que le Ballon d’Or 2016 n’est plus en mesure d’intimider sur des longues courses et que cette approche a perdu en efficacité. L’astre portugais en est bien conscient et il a lui même opté pour une série de décisions qui visent à optimiser son rendement.

Arrivé comme un attaquant avec une participation notable dans le jeu, Cristiano a graduellement diminué son implication dans la circulation du ballon, au point de devenir un attaquant qui parait régulièrement isolé. Sa présence dans les combinaisons a baissé et sa capacité à offrir la dernière passe est également en diminution. Il  est à la fois moins présent dans le jeu et moins décisif sur le plan associatif, premier signe fort que le numéro 7 merengue s’est éloigné des taches d’élaboration.

passes-vs-key-passes-large
Nombre de passes tentées comparé aux nombre de passes clés offertes durant 90 minutes en Liga. La saison 2016-2017 comptabilise les 18 premières journées de championnat. La ligne est une référence: 1 passé clé donné toutes les 20 passes réussies (20%)

En plus d’avoir diminué sa participation dans la création, le portugais a également graduellement réduit son volume de dribble. Arrivée de Manchester United comme un joueur très incliné à tenter de déséquilibrer balle au pied, Ronaldo se présente désormais comme un joueur dont le dribble est devenu un outil ponctuel. Son efficacité reste conforme au niveau montré depuis sa signature au Real (entre 40 et 55%), mais son évolution physique et notamment sa perte d’agilité, l’ont conduit à s’éloigner de ces taches afin de laisser le déséquilibre à ses coéquipiers.

.

dribbles-tentes-par-saisons-large
Dribbles tentés durant 90 minutes en Liga. La saison 2016-2017 comptabilise les 18 premières journées de championnat

S’il s’est clairement éloigné du jeu et des taches d’élaborations, c’est aussi parce que Ronaldo s’est instinctivement rapproché du but. On en trouve une preuve forte lorsqu’on s’attarde sur la répartition des tirs en fonction de la zone. Il fut un temps ou Cristiano Ronaldo tentait davantage sa chance à l’extérieur de la surface qu’à l’intérieur. Au point même, d’en agacer certains supporters. Mais ce temps est révolu. Depuis la première saison de Carlo Ancelotti comme technicien merengue, le champion d’Europe en titre a inversé la tendance et s’exprime principalement à l’intérieur des 18 mètres. On note également une augmentation du volume dans les 6 mètre, signe que le ballon d’Or portugais est désormais bien plus concentré sur la finalisation.

tirs-en-fonction-de-la-zone-large
Répartition des tirs tentés par Ronaldo en Liga (hors penaltys), en fonction de la zone sur le terrain. La saison 2016-2017 comptabilise les 18 premières journées de championnat.

En addition de ce rapprochement de la surface de réparation, on peut constater que Ronaldo maintient un volume de tir conforme à ce qu’il montre depuis son arrivée à Madrid. Une projection sur la saison 2016-2017 entière le positionne au delà des 100  tirs. En terme d’efficacité en revanche, les chiffres du portugais laissent à penser qu’il est en baisse. Comme l’attestent les saisons 2013-2014 et 2015-2016, Ronaldo n’est pas par nature un buteur clinique. Il a dépassé une seule fois la barre des 25% (un but tous les 4 tirs dans la surface hors penalty) et a démontré au fil des années qu’il avait besoin de volume pour exprimer ses talents de buteurs.

tirs-vs-taux-de-conversion-large
Nombre total de tirs tentés dans la surface (hors penaltys) opposé au taux de conversion (%) en Liga. La saison 2016-2017 comptabilise les 18 premières journées de championnat.

Ce besoin de volume associé à évolution, sont sans doute ce qui a poussé Zidane a opter pour un mode d’attaque différent à ceux choisis par ses prédécesseurs.

En 2010, Mourinho avait construit le système offensif de son Real Madrid sur la capacité de Cristiano à imposer sa loi dans les grands espaces. A son arrivée en 2013, Ancelotti a suivi une direction similaire, en mettant l’accent sur la mobilité du n° 7 merengue dans l’animation de l’équipe. En 2016, Zidane s’est à son tour adapté et a mis en place un style d’attaque qui permet à Ronaldo d’exprimer le domaine dans lequel il reste une référence : Les centres.

centres-tentes-vs-centres-reussis-large
La saison 2016-2017 comptabilise les 18 premières journées de championnat. La ligne est une référence: 1 Centre réussi pour 4 centre tentés (25%).

Le Real centre beaucoup. Depuis l’arrivée du portugais Madrid, l’équipe tente plus de 20 centres par rencontre. Mais on peut aussi constater qu’un accent particulier y est mis depuis la saison 2013-2014, saison durant laquelle les merengue passent aussi un cap en terme d’efficacité dans cet exercice. Mais plus que le volume, c’est l’importance du centre dans le discours offensif de l’équipe qui a fortement augmenté.

repartitions-des-assists-large
Valeur des différents types de passes décisives dans la production offensive du Real en Liga. La saison 2016-2017 comptaibilise les 18 premières journées de championnat

Durant les premières trois saisons de Ronaldo avec  le Real, le club espagnol s’est autant appuyé sur les centres que sur les passes en profondeur, mais les choses ont prit une direction très différente par la suite. Depuis la première saison de Carlo Ancelotti, la base du discours offensif du Real est clairement l’utilisation du centre. Et avec Benitez, puis Zidane, le Real a atteint un point ou l’équipe produit presque six fois plus de buts via des centres que grâce aux passes en profondeur. De manière encore plus significative, la saison dernière, le Real a créé plus de passes décisives grâce aux corners que grâce aux passes en profondeur. Et cette saison, le club madrilène se montre également plus productif sur corners ET sur coup de pied arrêtés que sur les passes en profondeur. Clairement, le jeu dans l’espace est à son plus bas chez les Champions d’Europe.

Cette énorme baisse dans l’utilisation des passes en profondeur au profit des centres va évidemment de pair avec l’évolution de Ronaldo, qui, comme mentionné plus haut, a vu sa capacité à marquer en partant loin du but adverse grandement diminuée durant les dernières années. Le portugais est moins apte à faire la différence en partant éloigné du but, et de ce fait, le club s’est graduellement adapté. En addition, il faut aussi noter que durant cette période, Le Real s’est séparé de Gonzalo Higuain, puis Mesut Ozil, et a recruté Gareth Bale. Ce qui constitue un changement important dans le style offensif de l’équipe.

Pour que l’utilisation des centres devienne un plan viable et fonctionnel, Zidane a également pris la décision de pousser d’avantage Bale, Benzema et Morata (qu’il a insisté pour garder cet été) dans la surface de réparation. Le but ? Créer un surnombre d’attaquants de très grande qualité avec la conviction que tôt ou tard, l’un des centres finira par être transformé en but. Cela est particulièrement évident dans le cas de Karim Benzema.

tirs-vs-buts-large
Tirs tentés opposé au buts marqués durant 90 min par tous les joueurs du secteur offensif des cinq grands championnats ayant pris part à au moins 50% des matchs. La saison 2016-2017 comptabilise les 18 premières journées de championnat.

Si pour Bale et Ronaldo, l’augmentation du volume est minime (5% pour le gallois et 13% pour le portugais), Benzema a quasiment multiplié ses tentatives dans la surface par deux entre la saison 2014-2015 et la saison 2015-2016. Ce qui témoigne clairement que l’entraineur français cherche à peupler la surface de réparation pour multiplier ses options. Les chiffres pour la saison en cours montrent que la tendance est maintenu. Même si Benzema apparaît loin de la saison passée, le volume crée par la BBC reste à la hausse comparée aux saisons pré Zidane.

Cette grande présence dans la surface démontre que le plan offensif est désormais clairement de peupler la surface de réparation et de centrer et le taux de conversion de la BBC invite à penser que c’est un choix très cohérent. Gareth Bale est passé de 18,5% à 34% de conversion (!), Benzema est stable autour de 27% et Ronaldo de 27% de 17%. Même en tenant compte de la baisse significative d’efficacité du portugais et la progression anormale de Bale, les chiffres présentent un trio offensif dont seul s’approche la MSN en termes de volume et de taux de conversion sur la saison 2015-2016. Pour la saison actuelle, en revanche, le constat est beaucoup moins encourageant. La BBC présente un volume de tirs dans la surface qui la démarque clairement du reste, mais son niveau d’efficacité ne la situe pas parmi l’élite. Du moins après 18 journées de championnat.

Face à l’inévitable transformation de CR7, qui a désormais laissé place à CR9, Zidane a donc a mis en place un plan de jeu offensif visant à maximiser cette nouvelle version de Ronaldo, qu’il a clairement consolidé en poussant Benzema et Bale à se montrer plus présent dans la surface. En s’appuyant  sur des centreurs de qualités présents dans les trois axes du terrain et la nature de ses milieux de terrain, enclin à évoluer derrière la balle, qui forme un filet de récupération pour les centres renvoyés, Zizou a également consolider son idée de jeu en donnant un sens à chaque pièce de son effectif, permettant au Real de fonctionner de manière identique en cas d’absence de joueurs importants, Ronaldo inclus.

La partie décisive de la saison mettra à nouveau à l’épreuve la viabilité de ce plan, mais après un an à la tête du Real, force est de constater que le technicien français s’est clairement adapté à son effectif ainsi qu’à ses meilleurs joueurs. Et c’est bien là sa mission principale.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s